Rechercher dans ce blog

mercredi 22 mai 2019

Jean 3 :1-21 (PQ de 23/5/2019)

LA CONVERSATION DE JESUS AVEC NICODÈME
Verset Clé 3 : 3
Les chrétiens nés de nouveau sont appelé aux Etats-Unis « new born chrtistian ». Il semble qu’en France ce terme est moins à la mode. Mais pour chrétien, le titre ne compte pas, mas vraiment le fait qu’il est né de nouveau. Apprenons ce que signifie de naître de nouveau.      
1.     La conversation avec Nicodème (1-15)       
Nicodème éait le personnage qui avait atteint le zénith de l’accomplissement de soi, et fut garni de toutes les meilleures conditions qualitatives. Mais du fait qu’il ne put voir le royaume de Dieu, il rendit visite à Jésus la nuit. Il était donc aveugle spirituellement et il ne méconnaissant pas Jésus en  plus. Il voulait avoir l’expériment fantastique du changement, car devant lui il n’y avait que la pente de la desente de sa vie après le sommet. Vers cet homme malheureux, Jésus se mit à parler du fait que tout homme doit naître de nouveau et que seul celui qui est né de l’eau et du Saint-Esprit, c’est-à-dire celui qui est lavé de ses péchés par la repentance et expérimente le chagement spirituel par l’intervention du Saint-Esprit, peut entrer dans le royaume de Dieu. Comme il ne comprenait pas sa parole, Jésus eut recours à la parabole du vent et celle du serpent de bronze et expliqua le mystère de la vie éternelle que recevra celui qui croit en Jésus.    
2.    La foi et le salut (16-21)  
Le fait que l’homme reçoit le salut est à cause de l’amour absolu de Dieu. Celui qui croit en Fils unique et reçoit le salut ne sera jamais jugé ni condamné à la perdition le dernier jour. Beaucoup de personnes refusent Jésus qui était venu comme la lumière et persistent à embrasser les ténèbres et choisir d’aller le chemin conduisant à la destructon. La raison pour laquelle les gens incrédules n’aiment pas la lumière est parce qu’ils haïssent que leurs œuvres soient réprouvés. Mais ceux qui pratquent la vérité se réjouissent de venir à la lumière et que leurs œuvres soient manifestées. Non pour qu’ils se vantent de leur justice, mais pour que Jésus qui est lumière puissent travailler dans et à travers leurs vies. Celui qui vient à la lumière Jésus éprouve la vie éternelle tout le temps, même maintenant sur la terre. 

mardi 21 mai 2019

Jean 2 :13-25 (PQ de 22/5/2019)

JESUS PURIFIA LE TEMPLE
Verset Clé 2 : 15
Jean met cette histoire, à la différence des autres évangélistes, au début de son évangile. L’évangile de Jean est sensé être thématique, non chronique. Jésus bénit les noces, mais Jésus maudit une religion formelle qui a perdu le goût et est devenue comme l’eau insipide pour le peuple.      
1.     La réforme du temple (13-16)       
Les marchands se coalisaient avec les leaders religieux et monopolisaient la vente des animaux à l’usage du sacrifice et en dégageaient d’énorme profit illégal. Puis, ils s’accaparaient du gain illégal par le biais de l’échange des monnaies d’Israël lors de l’achat des animaux pour le sacrifice sur place. Ensuite, selon le coutume, les Juifs d’au-dessus de 20 ans ansi que les étrangers convertis au Judaïsme étaient obligés d’offrir demi-sicle, et comme les Juifs considéraient les monnaies romains ayant l’effigie des idoles païens, comme impies, ils échangeaent les monnaies avec des monnaies traditionnelles Israélites qui était le  siècle. En tout cas, Jésus, en regardant toute cette injustice qui se pratiquaient sans frein, ne l’acquiesça point. Il se mit en colère contre les vilotateurs de la loi qui sous prétexte du rituel sacerdotal du temple satisfaisaient leur convoitise, car ils profitaient ainsi du nom de Dieu. Finalement, il fut « dévoré » par le zèle pour le temple (17) et chassa le mal et réforma le temple.    
2.    La prophétie de la résurrection (17-22)  

Envers les Juifs qui cherchaient le miracle, Jésus compara lui-même au temple et prophétisa qu’il ressusciterait le troisième jour après sa mort. Le temple que le peuple considérait comme le centre de vie pour eux était l’endroit où ils peuvent se réconclier avec Dieu et le rencontrer. Mais quand le corps du Christ sera détruit et construit, autrement dit quand Jésus sera mis à mort et ressuscité, le corps de Jésus servira pour le peuple qui y croit d’une maison où Dieu et l’homme se rencontre face à face. Examinons-nous-même, si Jésus vient à présent, lors de mon culte, que voudrai-t-il chasser de moi ? Est-ce que nous concevons la colère pieuse quand la convoitise s’avère caché dans l’homme et il s’attache au formalisme religieux et est amené à renier Dieu.

lundi 20 mai 2019

Jean 2 :1-12 (PQ de 21/5/2019)

LES NOCES DE CANA
Verset Clé 2 : 11
Jean écrit seulement 7 miracles, et le premier était le changement de l’eau en vin dans les noces à Cana. Cette bénédiction nous en dit long aussi de la raison pour laquelle Jésus est venu dans ce monde : bénir l’humanité.      
1.     Le premier miracle de Jésus (1-10)       
Jésus et ses disciples furent invités aux noces de Cana en Galilée. Mais un événement du manque du vin qui dans la culture de l’époque, était considéré comme une grande déshonneur s’éclata pendant les noces. Bien que mère de Jésus le rapportât à Jésus, Jésus qui ne se comportait  que selon la volonté de Dieu, dit seulement que le temps n’était pas encore arrivé et refusa de l’écouter. Marie n’était pas blessée, mais établit l’ambiance en demandant aux serviteurs d’obéir à sa parole. Ici, nous entrevoyons l’espérance et la confiance de Marie, qui refusait de se laisser décourager par le premier refus de Jésus. Après cela, Jésus, dans son temps, demanda aux serviteurs de remplir les jarres d’abord, puis apporter l’eau à l’organisateur des noces. Les serviteurs de Dieu étaient obéissants à Marie puis à Jésus. Jésus bénit leur obéissance. Après avoir goûté l’eau changé en vin, l’organisateur des noces en fut émerveillé.   
2.    Le sens du premier miracle (9-11)  

Le miralce du changement de l’eau en vin était l’événement dans lequel Jésus manifesta sa propre gloire et révéla le fait qu’il est le Messie et le Fils de Dieu. A cause de ce fait, les disciples en vinrent à croire en Jésus (11). Le fait que Jésus changea l’eau insipide en vin fin et délicieux démontre que Jésus est celui qui change l’essence de l’homme et recrée l’univers. La seule personne qui puisse résoudre le problème fondamental et le manque de l’homme est Jésus. Cette fête se répète chaque jour pour ceux qui croient en Jésus. Croyez-vous que ce Jésus qui avait changé l’eau en vin à Cana il y a 2000 ans opère le miracle pour vous aujourd’hui ? Est-ce que vous expérimentez cette fête joyeuse même aujourd’hui ? 

dimanche 19 mai 2019

Jean 1 :35-51 (PQ de 20/5/2019)

JESUS APPELLE LES PREMIERS DISCIPLES
Verset Clé 1 : 39a
De nos jours, la religion affronte le problème de vocation à cause de la sécularisation du monde. Jésus demanda aux disciples de prier Dieu d’envoyer les ouvriers. Nous devons prier également que Dieu appelle les Français à la mission. Apprenons comment Jésus appela ses premiers disciples.     
1.     Il apela deux disciples et Pierre (35-42)       
Les deux disciples qui ont entendu le témoignage de de Jean-Baptiste, se mirent à suivre Jésus, quand celui§ci les avaient invité et ils demeuraient ensemble avec lui ce soir-là. Jésus, en voyant Simon qui était venu après avoir écouté le témoignage d’André, lui changea le nom de Simon à Céphas qui signifie en Araméen Pierre. Le fait que Jésus changea le nom siginifie qu’il avait décidé de former la personne en tant qu’un être ayant nouveau caractère et une nouvelle nature. Ainsi naît une nouvelle existence et une nouvelle personnalité. Le fait de devenir disciple de Jésus signifie qu’on « suit » Jésus (38) et « demeure » (39) avec Jésus et qu’on devent une nouvelle existence façonné par Jésus.   
2.    Jésus appela Philippe et Nathanaël (43-51)  
Jésus appela Philippe en disant « suis-moi » et fit de lui son disciple. Par contre, Nathnaël en vint à être amené à Jésus grâce au témoignage de son ami Philippe. Nathanaël réagit de façon péjorative en écoutant que Jésus était d’origine de Nazareth. Mais son préjugé se brisa devant Jésus qui connaissait toutes choses de lui par la puissance divine. A la grande surprise, elle confessa exactement que Jésus est Rabbi, Fils de Dieu et roi d’Israël. Comme Jésus connaît chacun, il l’appelle de façon la plus opportune pour chacun de ses hommes. Qui est Jésus pour vous ? Comment prêchez-vous Jésus à votre entourage ? 

jeudi 16 mai 2019

Jean 1 :1-18 (PQ de 18/5/2019)

LA PAROLE SE FIT CHAIR
Verset Clé 1 : 14
Le début de l’évangile, à la différence des autres évangiles, se fait par la déclaration de la divinité de Jésus-Christ. Jean, l’auteur le décrit de façon inductive. Les 7 miracles qu’ils décrit plus tard soutiennent cette divnité qui est Jésus-Christ. Pour la lecture de Jean, il est important que la lecteur accepte que Jésus est le Fils unique de Dieu. Le chapitre 1 définit donc l’essence de Jésus et y ajoute l’appel de quelques premiers disciples.    
1.     La divinité de Jésus (1-5)       
En grec, logos se réfère à Dieu, l’Absolu personnel, qui créa le ciel et la terre par sa parole et décréta la loi de la vie de l’homme et des choses de l’univers. Jésus qui est la parole est celui qui existait depuis avant la création et celui qui partageait la communion glorieuse avec Dieu le Père depuis l’avant la création. Il n’est autre que Dieu ayant en lui la divinité. De plus, il n’est pas quelqu’un créé, mais le Créateur qui a créé toute la création, même non seulement cela, mais aussi après la création de toutes choses dans l’univers, il maintient continuellement l’odre de ce tout l’univers. Il est la source de la vie et de la lumière. Jésus éclaire le monde entier et jette sa lumière sur chacun de ceux qui vivent dans les ténèbres et le fit vivre dans la vérité.  
2.    Le témoignage de Jean Baptiste et l’incarnation (6-18)  

La mission de Jean en tant que témoin est qu’étant envoyé de Dieu il fit les gens croire en la lumière. Il n’était pas lui-même la lumière, mais il était le reflet dé la lumière. Dieu que l’homme limité ne peut voir se révéla à travers l’événement historique que le Fils unique de Deu qui est la parole se fit chair. Seuls ceux qui acceptent Jésus Christ qui se fit chair peuvent recevoir le pouvoir de devenir l’enfant de Dieu. Il est celui qui fait descendre sur ses enfants la vérité et la grâce immunable et ce pour l’éternité.

Josué 24 :1-28 (PQ de 17/5/2019)

JOSUÉ BÉNIT ISRAËL ET NOUA L’ALLIANCE AVEC EUX
Verset Clé 24 : 15b
La fin de vie de Josué approchait. Que faire ? Josué donne la leçon d’histoire et exhorta au peuple à prendre la décision.   
1.     L’Education de l’histoire de Josué (1-13)       
Sichem était un endroit spécial non seulement pour Israël mais aussi pour Josué. Josué choisit cet endroit pour le renouvellement de l’alliance du peuple avec Dieu. Il réunit tout le peuple. Puis il donna une leçon d’histoire au peuple en vue de le bénir. Y a-t-il un endroit historique pour vous aussi où vous avez expérimenté le salut et la grâce ? Dieu était toujours avec son peuple pendant une longue période. Dans les souffrances et dans les bonheurs, il était toujours là et montrait sa fidélité. Les jalons principaux était l’appel d’Abraham, la descente de Jacob en Egypte, l’exode conduite par Moïse et Aaron, et la conquête de Canaan. Josusé voulut leur rappeler cette histoire afin qu’en entrant dans un pays découlant du lait et du miel où ils jouiraient de ce pour lequel ils ne s’étaient pas donné la peine, afin qu’ils se souviennent de la grâce et s’affermissent dans la foi après son départ. Rendez témoignage de votre grâce aux descendants, et cela les encouragerait grandement.  
2.    L’alliance de Sichem (14-28)  

Après le renouvellement de l’alliance, Josué somma la décision au peuple. Le contenu en était « décidez qui vous servirez. » Soit Dieu soit les idoles, il leur demanda de choisir. La foi n’a pas de zone d’ombre., soit blanc soit noir. Beaucoup de choses sont flutés dans notre société. Mais la foi nous demande un choix clair. Nous ne pouvons pas choisir celui-ci et en même temps celui-là et nous excuser des bénéfices pragmatiques. Car Dieu est celui qui est saint et il est Dieu jaloux (19). Il ne permet pas que son peuple serve d’autres deux que lui, car c’est lui qui nous a sauvés de nos péchés donc, il en a le plein droit. Comme nous sommes à Dieu par le sang de Jésus, nous devons le servr lui seul. La foi n’est pas la fréquentaton à l’église au dimanche, mais elle est une décsion de le servir coûte que coûte. Josué et ses collaborateurs y furent décédés, l’os de Josephe enterré. Ils ne voyaient pas l’accomplissement total de la promesse, mais ils y avaient crurent dans l’espérance.   

mercredi 15 mai 2019

Josué 23 :1-16 (PQ de 16/5/2019)

LE DISCOURS D’ADIEU DE JOSUÉ
Verset Clé 23 : 8
La parole d’aujourd’hui est le discours d’adeu de Josué. Il le fit devant le peuple, comme s’il laissa le testament aux leaders des Israélites. A travers ce discours, nous apprenons comment nous, qui sommes le peuple de Dieu devons vivre aujourd’hui.
1.     Attachez-vous à l’Eternel (1-11)       
Pendant son vivant, Dieu faisait beaucoup de grâce à Josué. C’était parce qu’il s’attachait à Dieu. Dieu combattait lui-même pour le peuple, car celui-c s’attachait à Lui (3,10). Dieu leur donna le repos. S’attacher à Dieu signifie d’obéir à la parole de Dieu (6) et d’aimer Dieu (11). Ce serait une pure hypocrisie de dire qu’on s’attache à Dieu, en n’obéissant pas à la parole de Dieu, ni aimer Dieu. Si nous vouons que la parole de Dieu s’accomplisse dans nos vies, nous devons nous attacher à Dieu. Il faut ne pas s’écarte ni à droite ni à gauche de sa parole. Il faut aimer Dieu de tout notre cœur et de toute notre âme. Quant à celui qui s’attache à Dieu, Dieu s’occupe de sa vie. Il combattra et nous fera goûter la vicoire dans le combat dans ce monde rude.  
2.    Ne s’attachez pas au monde (12-16)  
La situation de Canaan est comme celle d’aujourd’hui. Même si le peuple d’Israël eut vaincu Canaan, les peuples païens vivaient encore ensemble (5,7,12). Quoi qu’il les ait vaincu, il eut encore le sentiment eschatologique de l’approche de la fin. A ceux qui vivaient avec ce sentiment, Josué ne cessait d’avertir. Il exhorta à ne pas s’approcher des peuples païens. Il les exhorta à ne pas servir leurs dieux ni se courber devant eux (7,16). En même temps, il les exhorta à ne pas pratiquer le mariage mixte et à ne pas s’interchanger avec eux, et dit que s’ils le feraient, ils périraent. S’apprhcer de Dieu signifie de ne pas s’approcher du monde. Comme nous sommes ‘sel et lumière’ (Mt 5 :13), nous ne pouvons pas vivre à l’écart du monde. Mais même si nous vivons dans le monde avec nos pièds dedans, nous ne devons pas nous attacher au monde. Nous devons écarter la mauvaise influence du monde. Nous devons éloigner les idoles et ne devons pas pratiquer le mariage mixte. Car cela nous servira un jour comme un filet ou un piège. 

lundi 13 mai 2019

Josué 22 :1-34 (PQ de 15/5/2019)

LES DEUX TRIBUS ET DEMI BÂTIRENT L’AUTEL
Verset Clé 22 : 11
Cette parole nous parle de la première tâche que les Israélites firent après la fin de guerre. Une crise s’éclata, mais la sagesse condusit à la réconciliation. Regardons quel est le caracètre de l’unité.
1.     Ils retournèrent après être bénis (1-9)       
Ruben, Gad et demi Manassé avaent reçu le territoire de Transjordanie comme héritage. Mais ils combattaient pour leurs frères pendant 7 ans. Ils avaent gardé la promesse fidèlement et donnaient leur vie. Josué leur fit éloge en disant qu’ils étaient fidèles à Dieu (3). De nos jours, les gens fidèles se font rares. Etant fidèles pour le bénérice, mais devant le préjudice, ils abandonnent la grâce. Car ils ne savent pas la vraie bénédiction dont jouissent les fidèles. Josué les bénit et leur donna l’exhortation. Celle-ci consistait à dire qu’ils servent Dieu de tout le cœur et de tout leure âme. Leur corps et leur âme aurait été fatigués à cause de longues années de guerre. Là risque d’arriver le danger de la licence et du sécularisme. C’était un temps de crise pour Israël.
2.    Ne commet pas la rébellion contre l’Eternel (10-20)  
Deux et demi tribus, sans délibérer avec les autres tribus, bâtirent un autel, ce qui amena au malentendu. Les Israélites envoyèrent le délégués et examina le cas. Ils ne se laissèrent pas emporter par le sentiment mais résolurent le cas avec discernement en se basant sur la leçon historique autrefois où les gens incrédules avaient été tombé sous le jugement de Dieu. 
3.     Le pardon magnanme (10-20)   

Le malentendu peut se résoudre si on explique un par un clairement. Avec sentiment vexé, 2 ½ tribus expliquèrent la raison de bâtir l’autel. Ils voulaient garder la même foi et l’homogénité en tant que le peuple de Dieu avec leurs frères, eux et leurs descendants. Les autres tribus comprirent leur intention et les bénirent. Malgré la différence, si nous conversons avec l’amour, on peut former l’unté du peuple. Dans la foi en croix, nous pouvons devenir un. Quand nous avons l’homogéneité, nous pouvons surmonter le malentendu et pratiquer le vrai pardon.

dimanche 12 mai 2019

Josué 21 :1-45 (A lire 1-8 ; 41-45) (PQ de 14/5/2019)

LES VILLES SACERDOTALES POUR LES LEVITES
Verset Clé 21 :8
Vers la fin de partage de territoire, les Lévites s’avancèrent et réclamèrent leur terre. Comment leur avait été attribué la terre ?
1.     Ils leur donnèrent comme l’Eternel avait ordonné (1-8)       
Les Lévites avaient un statut particulère au milieu des Israélites. Ils n’avaient pas de part parmi leur compatriotes, et avaent seulement des villes consacrés parmi eux. Souvnet les villes de réfuge leur appartenaent. Ils possèdent la ville et ses dépendances et là ils menaient leur vie économique. C’était après que tous ont eu leur territoire qu’enfin les Lévites réclamèrent leur terre. Il est bienséant que le servteur de Dieu réclame leur droit au dernier tour, et cette fois les Lévites ne le réclamèrent pas pour leur propre intérêt, mais pour que la promesse fate par Moïse soit exécutée. C’était l’intérêt des serviteurs de Dieu qui doit être. Il y eut 3 fils à Lévites qui formaient chacun un clan. 23 villes pour les Qehatites, 13 villes pour les Guerchônites, 12 villes pour les Mérarites, donc au total 48 villes pour les Lévites. Ils n’ont pas de héritage terriens, mais leur héritage était le service de Dieu au milieu du peuple. 
2.    L’Eternel leur accorda le repos (41-45)  
Chaque ville de Lévites avait ses abords, c’est-à-dire le champs où ils pouvaient mener la vie économique pour le besoin de leur famlle et leur clan. C’est l’Eternel qui le leur donna selon sa promesse à leurs pères. Par le partage des terres aux Lévites et le bon traitement de cette classe sacerdotale, le peuple Israël en vint à éprouver enfin la paix et le repos profond. Aucun énnemi ne pouvait s’infilitrer en Israël. Le bon traitement des Lévites sinifie le respect envers l’Eternel Dieu. Par eux, toute la parole de Dieu s’était exécuté convenablement, sans laisser aucune exception. Tout est fait selon l’ordre de l’Eternel. Jésus-Christ vint sur la terre et accomplit la volonté de Dieu, si bien que lors de sa mort, il s’écria, « Tout est accompli. » Les Lévites était la préfiguration du sacerdoce de Jésus, le modèle parfait de service à l’Eternel

Josué 20 :1-9 (PQ de 13/5/2019)

VILLE DE REFUGE
Verset Clé 20 :2
Comment peut-on éviter le préjudice lorsque le meurtre involontaire se produit ? Dieu respecte l’homme et prépara le système de ville de refuge en Israël. Quel est son sens ?   
1.     C’est l’endroit où les meurtriers involontaires peuvent garder leur vie.       
Les villes de réfuge étaient autorisées pour la protection de ceux qui commettaient le meurtre involontaire. Quédesh et 5 autres furent désignées pour villes de réfuges et là habitaient les Lévites et restaient ouvertes 24h/24. Elles se situaient sur le sommet de la montange pour que tous voient et leur réseaux permettaient que quiconque y arrive en demi journée. Ce système avait pour but d’empêcher l’éventuel cycle vicieux de vengeance du sang en Israêl et de protéger la vie innocente des meurtriers involontaires. Dans plusieurs pays d’antan le système similaire existait pour protéger le pécheur. Mais ce système est réservé seulement aux innocents et les criminels devaient être immédiatement chassés. C’est une institution divine où on peut expérimenter la grâce et l’amour de Dieu qui protège les innocents. Dieu permet la ville modèle de la rédemption en Christ-Jésus qui innocente les pécheurs repentants.
2.    C’est l’endroit où on reconnaît qu’on est pécheur et confesse son péché.  
Il n’y avait là aucune discrimination raciale. Israélites ou païens, cette loi s’appliquait à tous équitablement. A condition que les réfugiés devaient être jugés officiellement. Les anciens interrogeaient et seuls ceux qui confessaient leur péché honnêtement pouvaient y demeurer. Il en est de même pour ceux qui s’approchent du Christ qui sert de la ville de refuge. La condition d’entrée est donc que chacun reconnaît la gravité du péché et désire ardement la grâce de pardon. Même si nous sommes obligés de mourir à cause de nos péchés, nous pouvons nous revêtir de l’amour de pardon de Jésus-Christ qui devint la ville de refuge pour nous. L’unique chemin par lequel nous pouvons résoudre le problème de péché est de confesser nos péchés au Christ et recevoir la grâce de pardon par son sang. Il n’y a pour eux aucune condamantion. 

jeudi 9 mai 2019

Josué 17 :1-18 (PQ de 11/5/2019)

TU TE DÉBOISERAS UN ENDROIT
Verset Clé 17 :15
Deux tribus de Joseph se plaignirent de la petitesse de leur héritage qu’on leur avait reparti. Quel était leur problème ?   
1.     Ils étaient dans le statu quo et ne voulurent pas combattre.           
Les deux tribus de Joseph, Ephraïm et Manassé n’étaient pas satisfaits de la terre qui lui état attribuée. Elle état trop petite par rapport au nombre de leur population. Mais le vrai problème était qu’ils ne remerciaient pas et n’avaient de volonté de battre. Ils étaient bénis et devinrent de grandes tribues, et s’ils le voulaient, ils purent s’emparer d’autre terres. Mais ils restaient assis et se plaignirent. Ils pensaient être dignes de la meilleure partie du pays. Ils se plagnirent de ce que leur pays à conquérir était montagnard et abondait des ennemis bien équipés. Quand on oublit la grâce, on est amené à se plaindre. Il en est de même quand on n’a pas de foi que Dieu donnerait le meilleur. Ce que Dieu nous donne est suffisant et il nous donne au-delà. Malgré cela, la plainte sort de nos bouches, parce que nous avons la convoitise. Même si on est de grande taille, au moment où on pert l’esprit de défi et l’attitude de combat, on devient perdant. L’œuvre de Dieu ne dépend pas du nombre des gens, mais du cœur qui se confie et se consacre. (1S 14 :6).
2.     Ils manquaient de la foi dépendante de Dieu      
Les tribus de Joseph manquaient la foi qui dépend de Dieu. Ils n’avaient pas de foi que même si alors c’était la petite terre, si on pioniait par la foi, ils pourraient obtenir la plus grande terre. Si Dieu est avec nous, nous pouvons conquérir le peuple équipé de chars de fer. Le résultat de conquête jusqu’à maintenant en disait long et cela était possible d’autant plus qu’ils étaient de grandes tribus. La raison de leur non conquête n’est pas parce que l’ennemi était trop fort, mais parce qu’ils n’avaient pas assez de foi. Cela est contrasté avec la foi de Caleb qui malgré son âge de 85 ans, avait réclamé Hébron. L’esprit de défi, l’esprit de pionnier vient de la foi. Ceux qui ont la foi s’assurent naturellement de la victoire dans la parole de Dieu. De nos jours, on a besoin de ceux qui ont la foi en Dieu et défient l’adversité et accomplissent de grandes choses. 

Josué 15 :1-20 (PQ de 10/5/2019)

OTNIEL, NEVEU DE CALEB
Verset Clé 15 :19
Aujourd’hui, nous apprenons la foi du premier juge d’Isaraël, Otnel. Juda gagna beaucoup de terre, mais commit une grave faute.  
1.     Le sacrifice de Caleb et la consécration d’Otniel (1-9)          
Caleb, après avoir demandé Hébron, alla maintenant conquérir ce pays. Caleb a réclamé cette partie la plus dure était parce qu’il croyait qu’il réussirait sans faute du fait que Dieu est avec lui, et aussi voulut s’occuper de ce que les autres évitaient. Mais il semble que la ville Débir était difficile. Donc le jeune vaillant Otniel s’avança et conquérit la ville. Quoi qu’il fût déjà engagé avec lui, Otniel donna la pouce pour conquérir la ville. Il aurait dû apprendre la foi et la sagesse et le courage en combattant avec son oncle. La société seine est la société où les grandes personnes sont respectés et les jeunes gens ayant de grande force et zèle sont établis. En sus de le sacrifice-type de Caleb, notre génération a besoin de la consécration-type d’Otniel. Il obtint Aksa comme récompense de sa bavour. Aksa était une femme de foi comme son père.
2.     La désobéissance de Juda (21-63)     

Il y eut plus de 100 villes que Juda a vaincu. Mais le fils de Juda ne purent pas déposséder les Yebousiens de Jérusalem. La raison n’était pas très claire. A long terme, la Bible dit que Dieu laissa une partie de Canaan afin d’entraîner Israël. Puis, au final, cette partie laissée devint un piège qui induist à l’idolâtrie. En tout cas, pour l’instant, la raison de cet arrêt d’avancer était soit parce que Yebousiens étaient fort, ce qui n’est pas si probable, car les Israélites purent les vaincre s’ils le souhaitaient. Donc, la raison est plutôt qu’ils s’étaient ralientis, à cause de leur propre satisfaction. Ils avaient pensé que leur territoire conquis étaent suffisant. Donc, ils s’asseyaient dans leur territoire. Le plus grand ennemi de la foi est l’autosatisfaction. Quand on se dit, « je suis riche, je n’ai besoin de rien » c’est la voie royale de la corruption (Ap 3 :17). On ne cherche pas l’aide de Dieu et devient indulgeant à soi. Dieu envoie son épreuve pour entraîner son peuple. Dans la bénédiction, nous devons nous battre par coups pour ne pas nous laisser aller dans l’autosatisfaction.  

mercredi 8 mai 2019

Josué 14 :1-15 (PQ de 9/5/2019)

GENERAL CALEB RÉCLAMA LE COURAGE
Verset Clé 14 :12
Le général Caleb réclame l’héritage, mais en fait, il réclame à Dieu l’éternelle jeunesse.
1.     J’étais avec toi à Quadesh-Barnéa (1-9)          
Caleb et Josué était deux personnes qui n’avaient pas défailli dans la foi quand leurs frères avaient chuté, en raison de la puissance de la force de l’ennemi à Quadesh-Barnéa, il y a 45 ans. En effet, 10 princes avaient fait un rapport négatif de leur espionnage du pays, afin que tout le peuple tombe dans l’incrédulité jusqu’à vouloir lapider deux hommes. Mais Caleb et Josué suivaient pleinement la voie de Dieu. Maintenant Caleb se souvint de cette bravour en même temps que la parole du serviteur. La foi est l’acte de suivret pleinement la voie de Deu, c’est-à-dire de croire absolument en la puissance de Dieu malgré l’incrédulité flagrante et tappageuse de l’entourage. Celui qui agit ainsi ne manquera pas de remporter la victoire et recevoir la récompense qui en est digne.
2.     Je suis encore vigoureux (10-11)     
Dans le chapitre précédent, Dieu dit que Josué était vieux. C’est le sort de tout homme qu’à mesure de l’âge, on pert la vigueur. Mais Caleb ne voulait pas accepter ce sort, il dit qu’il est encore vigoureux à l’âge de 85 ans. Cependant, il ne la réclame pas pour son bien-être, mais pour la consacrer entièrement à Dieu et à son combat et pour encourager le peuple de Dieu en combattant au front.
3.     Donne-moi cette montagne (12-15)     
La foi de Caleb n’était pas théorique. Elle était pratique et démonstrative. Caleb voulut mettre en œuvre sa foi dans le combat réel. Donc, il réclama le champ de bataille le plus difficile, la montagne de Juda. Là, habitaient les Anaquim, à haute taille. Ceux-ci avaient des chars de guerre et la région était rude. Néanmoins, sa foi ne diminuait pas. Sa vigueur était la même que celle d’il y eut 45 ans. Le monde n’est pas digne de ce genre d’hommes. Son héritage Hébron sera la ville où David restera pendant longtemps lors du réfuge et deviendra la deuxième ville après Jérusalem comme capitale. 

Josué 13 :1-14 (PQ de 8/5/2019)

DIEU ORDINNA A PARTAGER LA TERRE

Verset Clé 13 :6
Même si Josué était vieux et qu’on avait encore un long chemin jusqu’à la conquête totale, Dieu ordonna à partager en avance la terre. Dans ce processus qu’est-ce dont avait besoin Josuée ?
1.     La foi que Dieu est le souverain de l’histoire          
Josué prit l’âge et devint vieux. Mais son cœur aurait été lourd à la pensée qu’il y avait encore beaucoup de terres non conquises. Dieu dit qu’on les aurait tout conquis et ordonna à partager la terre. Josué commença à partager entre 12 tribus. C’était parce qu’il crut que tout se réaliserait selon la promesse de Dieu. Ceux qui n’ont pas de confiance pensent que c’est eux qui doivent accomplir par leur propre force et s’impatientent. Quand leur faiblesse se révèle et ils sentent qu’il n’y a pas beaucoup de temps, ils deviennent impatients. Puis, ils ratent les tâches. Quant à Josué, au lieu de dépendre de sa force, il crut en Dieu. Les travailleurs de Dieu doivent avoir d’abord la confiance en Dieu. Ceux qui cherchent la volonté de Dieu, doivent reconnatre que les affaires humaines aussi appartiennent au Seigneur. Ceux qui mettent confiance en Dieu éprouvent la paix. La foi est d’avoir confiance en Dieu et ne pas craindre.
2.     Le partage de terre selon la promesse et l’ordre     

L’Est du Jourdain est partagé par les deux tribu et demi. Mais ces 2 tribu et demi avaient décidé de ne pas s’installer jusqu’à ce que 9 tribus et demi s’installent (1 :15-16). Mantenant Josué partagea selon la promesse la terre de l’est pour Reuben, Gad et la moité de Manassé. Les Lévites ne reçut pas l’héritage de la terre, mais eut Dieu seulement comme son héritage. Ils reçurent les holocaustes offerts par les Israélites comme son héritage. Puis, Josué partagea la terre seulement selon l’ordre de l’Eternel. Selon ce qui a été ordonné par Deu (Nb 26 :52-56), ils avaient tiré au sort, pour empêcher d’être mécontent à cause de la fertilité ou la stérilité de telle ou telle terre. Puis ils obéirent à l’ordre de partager la terre selon la population (Nb 33 :54). Josué retint cette promesse et obéit au commandement. De nos jours, les gens changent l’attitude lors de la mutation du chef. Malgré le gain immédiate, ils perdent la confiance en Dieu.

lundi 6 mai 2019

Josué 12 :1-24 (PQ de 7/5/2019)

LES ROIS CONQUIS PAR MOÏSE ET JOSUE
Verset Clé 11 :1
La raison pour laquelle l’auteur énumère tous les noms des rois conquis par Moïse et Josué était nous seulement pour laisser le chronique sur les faits historiques, mais aussi pour dire qui était le vrai roi de ces terres. Quel message nous donne ce passage ?
1.     Il faut reconnaître que Dieu est le vrai roi         
A l’époque, beaucoup de rois s’occupaient chacun de son territoire. Ils s’opposaient à Dieu qui est le vrai roi. Ils refusaient sa souveraineté en tant que Roi des rois et s’occupaient seulement de leur pouvoir royal. Mais eux tous étaient détruits. De nos jours, il y a des gens qui refusent que Dieu est le vrai roi du monde, et vivent la vie comme bon leur semble, et comme s'ils sont leur propre maître, en établissant leur plan et en fournissant des efforts assidus. Mais tous ces efforts s’avèrent vains. En voyant leur effort misérable, il rit, « Pourquoi les nations s’agitent-elles Et les peuples ont-ils de vaines pensées ? Les rois de la terre se dressent Et les princes se liguent ensemble Contre l’Eternel et contre son messie. Brisons leurs liens, Et rejetons loin de nous leurs chaînes ! Il rit, celui qui siège dans les cieux, Le Seigneur se moque d’eux. » (Ps 2 :1-4). Non seulement il se moque d’eux, mais il les brisera avec un sceptre de fer.
2.     Réjouissez-vous de Dieu et craignez le.    

Le sage est celui qui comprend des choses à travers l’histoire. L’auteur du psaume confessa, « Et maintenant, rois, ayez du discernement ! Recevez instruction, juges de la terre ! Servez l’Eternel avec crante, Soyez dans l’allégresse, en tremblant. Embrassez le fils, de peur qu’il ne se mette en colère, Et que vous ne périssiez dans votre voie, Car sa colère est prompte à s’enflammer. Heureux tous ceux qui se réfugient en lui ! » Le plan à l’encontre de la souveraineté de Dieu ne peut jamais réussir. Or, même s’il réussit, ce serait pour un peu de temps, et finalement faire un plan contre la volonté de Dieu sera comme ‘heurter l’œuf contre la pierre’. Ceux qui insistent sur sa royauté et refusent la souveraineté de Dieu ne peuvent avoir le pays comme héritage. Ceux qui s’humilient et obéissent à la royauté divine peuvent obtenir le pays de promesse comme héritage. Ils se réjouissent en Dieu et craignent Dieu.

dimanche 5 mai 2019

Josué 11 :1-23 (PQ de 6/5/2019)

IL NE NEGLIGEA RIEN
Verset Clé 11 :15
La première étape de la conquête de Canaan fut clôturée. Josué et le peuple d’israël enfin entrèrent dans la terre de Canaan. Alors quelle était la raison pour laquelle ils purent entrer dans Canaan ?
1.     La toute puissance de Dieu (1-15)
Comment Israël qui avait été esclave en Egypte et vivait difficilement dans le désert pendant 40 ans put-il être transformé en une puissante armée ? Comment les Cananéens qui se vantaient de leur équipement de la guerre tels des chars et de leur stratégie militaire sophistiqué et qui avait occupé la position indomptable en tout aspect, étaient-ils battus complètement par l’armée des Israélites ? En réalité, les Israélites n’avaient rien. Ils ne pouvaient s’équiper des forces militaires in s’entraîner pour la guerre dans le désert. Donc la victoire du peuple n’était pas parce qu’il était capable, mais à cause de la puissance de Dieu. Ils ne pouvaient s’avancer que dans l’obéissance à Dieu. Le peuple de Dieu doit faire le mieux pour augmenter la capacité, mais avant tout, il doit avoir l’attitude d’obéir à Dieu. Dieu ordonna à Moïse et Moïse ordonna à Josué, et le peuple obéit à Josué, comme s'il obéit à Dieu.  
2.     La promesse fidèle de Dieu (16-23)
La guerre et la conquête de Canaan n’était pas un événement arrivé par hasard. Elles n’étaient pas non plus le produit d’un plan national établi minutieusement en avance. Pendant 430 d’esclavage en Egypte, ils avaient perdu tout le goût et l’intérêt sur la terre promise. Il semblait que la promesse s’éteignait à petit feu. Mais même si la nature change au fil du temps, la promesse ne change jamais. La promesse donné à Abraham, à Isaac, et à Jacob, demeura toujours dans le plan de Dieu, même si Abraham, Isaac, et Jacob sont décédés. La promesse de Dieu n’avait pas pu être annulée ni par le Pharaon, ni par les fils d’Anaq. Dieu est celui qui tient toujours sa promesse. Peinez-vous chaque jour pour gagner votre vie ? Vous devez étendre votre espoir en retenant la promesse de Dieu. La parole de Dieu fidèle pour vous marche vers son accomplissement, à présent même. Quelle est l'unique chose à laquelle vous devez obéir ?

samedi 4 mai 2019

Josué 10: 1-28 (PQ du 05/05/2019)

L'ETERNEL COMBATTAIT POUR ISRAEL

Josué 10: 1-28
Josué 10: 14

Dans ce passage, les Israélites remportent une grande victoire contre une ligue de cinq rois. Dieu stoppe même la course du soleil en réponse à Josué jusqu'à ce qu'ils aient exterminé l'ennemi. Apprenons ensemble le secret de cette victoire.

1. La bataille de Gabaon

Nous avons vu dans le précédent chapitre que les Israélites avaient malgré eux conclu une alliance avec les Gabaonites, qui les avaient trompés par ruse. Adoni-Tsédeq, le roi de Jérusalem, l'apprit et se ligua avec quatre autre rois amoréens pour attaquer Gabaon, la ville traîtresse. Les Gabaonites demandèrent à Josué de les secourir en vertu de leur alliance. Josué aurait pu abandonner les Gabaonites, qui l'avaient dupé, mais il resta fidèle à leur accord et accourut à leur secours. Alors, Dieu dit à Josué de ne pas les craindre car il les livrait entre ses mains et aucun d'eux ne tiendrait devant lui. Les Amoréens furent défaits et prirent la fuite. Dieu fit tomber sur eux de grosses pierres, de sorte que ceux qui moururent par les pierres furent plus nombreux que ceux tués par l'épée. Dieu combattait pour Israël.

2. Dieu arrêta le soleil pour Josué

Josué voulait que tous les ennemis soient passés au fil de l'épée comme Dieu l'avait ordonné. Dans son zèle pour lui obéir, il osa demander à Dieu que le soleil s'immobilise jusqu'à ce que la nation eût tiré vengeance de ses ennemis. Alors, le soleil s'arrêta et ne se hâta pas de se coucher pendant presque tout un jour. C'est peut-être plutôt la terre qui s'est arrêtée de tourner un jour entier. En tout cas, ce fut un moment historique. Il n'y a pas eu de jour comme celui-là ni avant ni après où Dieu ait répondu à une pareille requête. Car il combattait pour Israël.

3. Le sort des cinq rois

Josué ordonna aux Israélites de poursuivre sans relâche les ennemis pour qu'aucun n'aille se réfugier dans sa ville. Après les avoir exterminés, ils firent sortir les cinq rois qui s'étaient réfugiés dans une grotte à Maqqéda. Josué dit aux capitaines de mettre leurs pieds sur leurs cous. Il les exhorta à ne pas craindre mais à se fortifier et avoir du courage car Dieu traiterait ainsi tous leurs ennemis. Il les fit mettre à mort et pendre à des arbres jusqu'au soir. Puis, Dieu leur accorda une nouvelle éclatante victoire contre Maqqéda.

Josué 9 : 1-27 (PQ de 4/5/2019)

LA TRICHERIE DES GABAONITES
Verset Clé 9 :4
Il y eut deux sortes de réactions gens en face de la conquête des Israélites : celle de conciliation et celle de résistance. Réfléshissons sur quel était le problème des Josué et des anciens qui se firent avoir par la tricherie des Gabaonites ? Puis les princes tinrent la promesse.
1.     L’échec provenait de l’absence de discernement (1 -15)       
Les Gabaonites comprirent vite qu’ils ne pouvaient pas vaincre les Israélites et ne participèrent pas à la coalisation militaire autours des indigènes de Canaan. Alors les Gabaonites se déguisèrent comme les habitants venant de loin et pour cela, ils prenaient des sacs usés et des outres déchirés et des pains secs et en miettes, et cela trouble les yeux des leaders, et en plus, ils disaient qu’ils étaient leurs serviteurs. Alors ils commirent une grave erreur de nouer une alliance. C’est l’œuvre de Satan que de tromper les gens. Les diables peuvent se déguiser pour tromper les croyants, d’où le réveil constant nécessaire. Le problème fondamental était qu’il ne demandait pas l’ordre de Dieu. L’homme est par nature erratique. Donc, il faut toujours reconnaître qu’on est faible (1Co 10 :12) et avoir le temps pour demander la direction à Dieu.       
2.     Les princes tinrent la promesse (16-27)   

La tricherie fut dévoilée avant de passer 3 jours. Mais c’était trop tard, car on avait déjà conclu une alliance avec eux. Les Israélites pouvaient penser qu’ils devaient être punis, mais en tant que peuple de Dieu, ils considérèrent qu’il était plus important de garder la promesse que de subir la perte. Il y a beaucoup de gens de nos jours, qui rompent leur promesse comme on mangue du pain et puis s’en justifient par la parole. Dieu ne se réjouit pas d’eux. Les Gabaonites survécurent. Mais ils durent payer le prix de leur mensonge. Ils étaient maudits, et devaient travailler le vil travail tels de couper du bois, et de puiser de l’eau, etc. (10 :2). Ceux qui vivent avec la manipulation mensongère subit un jour du dégât, car c’est le principe de Dieu qui règne avec la justice. Dieu pénètre chacun dans sa pensée et veille sur tous les comportements des hommes.