Rechercher dans ce blog

lundi 22 octobre 2018

Josué 1 :1-18 (Q de 28/10/2018)


DIEU ETABLIT JOSUE COMME SUCCESSEUR DE MOISE



Josué 1 :1-18

Verset Clé 1 :6



1.      Quelle était la situation du peuple d’Israël à l’époque sur laquelle le chapitre 1 de Josué commence ? (Dt 32 :44-52) A qui, après la mort de Moïse, Dieu parla-t-il ? Qui est Josué ? Racontez ce que vous savez sur la relation entre Moïse et Josué.

2.      Que Dieu dit-il à Josué ? Quel événement important qu’avait le peuple depuis l’exode, le commandement de la traversée du Jourdain nous rappelle-t-il ? En revanche, quel événement honteux d’Israël nous rappelle-t-il ? (Dt 1 :19-46)

3.      Que Dieu promit-il à Moïse ? Comment Dieu accomplit-il parfaitement cette promesse ? Quelle était l’étendue de la terre promise ? Que signifie la parole, « je suis avec toi » qui est écrite dans le verset 5 ?

4.      Lisez le verset 6. Que signifie-t-il de se fortifier et de prendre courage ? Pourquoi cela est-il un des plus importants caractères que doit posséder le leader spirituel ? Si vous en connaissez, racontez quelques exemples des gens du monde qui ont le courage. Mais comment pouvons-nous être vraiment fortifiés et avoir le vrai courage ? (7,8,9, Dt 6 :5 ; Rm 8 :35-37)

5.      En parallèle avec l’exhortation concernant la force et le courage, quelle autre exhortation Dieu donna-t-il à Josué ? Quel résultat l’observation de la loi et sa mise en pratique donnent-elles ? Comment le résultat est-il différent, quand on ne l’observe pas et ne le met pas en pratique ?

6.      Lisez les versets 10-11. Quelles tribus sont concernées ? Comment advint-il qu’ils prirent en possession cette partie du territoire ? (Dt 3 :12-22) Mais que Josué leur ordonna-t-il ? Du point de vue humain, comment cet ordre est-il difficile à obéir ?

7.      Lisez les versets 16-18. Quelle réaction claire révéla le peuple, quand il entendit la parole de Josué ? Quel leader pouvons-nous savoir que le peuple veuille posséder à la vue de leur réponse à Josué ?

dimanche 21 octobre 2018

Esaïe 39 : 1-8 (PQ de 22/10/2018)

ESAIE REPROCHA EZÉCHIAS DE SON ORGUEIL
Verset Clé 39 : 4
C’est le dernier épisode de la 1er partie du livre d’Esaïe. Nous voyons l’erreur d’Ezéchias. Puis nous voyons aussi l’œuvre d’Esaïe selon la vérité.
1. Ezéchias se vanta de lui-même que de Dieu (1-4)
Merodak-Baladan était le roi de Babylon. Sa délégation auprès d’Ezéchias avait un but politique. Etant opprimé par l’Assyrie quand il se révoltait à elle, ce roi Babylon voulait se rallier avec Juda. Il voulut profiter de la guérison du roi de Juda, pour chercher une coalition avec Juda. La naïveté d’Ezéchias le conduisit à montrer tous les trésors de Jérusalem. Ezéchias était un grand débiteur de Dieu, car il avait prié Dieu pour sa maladie et Dieu l’avait guéri. Donc, il aurait dû témoigner en tant que chef d’Etat, la grâce de Dieu envers les païens. Mais au lieu d’en témoigner, il se flattait de sa richesse et en pensant qu’ils étaient les alliés, leur montra tous les trésor du pays. Même si la Babylone n’avait pas d’inimitié au début, la vue d’un si riche trésor provoqua une convoitise et cela amena le roi de Babylone à concevoir l idée de faire l’invasion et cela devint une cause au pays de courir un risque de la ruine.   
2. L’orgueil du roi provoqua la ruine du pays (5-8)

Esaïe vint vers le roi, car il était le berger du pays. Il prononça la sentence de jugement du pays au roi. Il n’avait pas peur de faire les remontrances au roi par les paroles justes selon Dieu. C’est l’attitude de berger du peuple. Esaïe dit au roi, « Ecoute la parole de l’Eternel. » A cause de la faute d’Ezéchias, maintenant, l’ennemi de Juda était non seulement l’Assyrie mais y fut ajouté Babylone. Par la bouche d’Esaïe, Dieu prophétisa que tous les trésors de Judas seront emmenés à Babylon, et non seulement cela, les fils du roi seront emportés en captivité en Babylon. Au reproche du prophète, Ezéchias n’avait aucun air de se repentir. Mais il se contenta de la paix de son temps. Aveuglé du bienfait du présent, il n’assuma pas même le rôle du roi. L’orgueil précède la destruction (Pr 16 :18). Est-ce qu’il y a quelque chose que vous aimez plus que Dieu ?

samedi 20 octobre 2018

Esaïe 38 1:22 (PQ de 21/10/2018)


Esaïe 38 : Maladie et guérison d’Ézéchias
                                                          
Verset clé 38 :17 « Voici que mon amertume elle-même s’est changé en paix, toi-même a pris plaisir à retirer mon âme du gouffre du néant » 
Esaïe nous apprend la manière dont Dieu opère pour sauver et redresser un de ses serviteurs. Ce serviteur, Ezéchias, était un roi qui avait à la fois une très grande foi et un très grand orgueil. Mais la valeur de la vie d’un homme sur terre dépend de la seule bonne volonté de Dieu.


1                  Ezéchias malade et implorant l’Éternel

Ésaïe annonce sa mort prochaine à Ézéchias. Un ulcère s’est formé dans son corps. Ézéchias se met à prier l’Éternel en pleurant. Il lui demande, implicitement, par le rappel des bonnes choses qu’il a accompli comme roi, de vivre plus longtemps. Ézéchias vit au temps de promesses pour la terre. Il ne voit pas au-delà d'un prolongement de ses jours. Il n'a pas devant lui, la certitude de la résurrection en Christ. Dieu entend sa prière et se laisse fléchir comme pour les habitants de Ninive qui, par leur action, modifièrent la décision de Dieu. Il lui accorde quinze années de vie supplémentaire et la protection de Jérusalem contre les assyriens. Et cette fois aussi, Il ajoute à sa réponse un signe de grâce: l'ombre qui rétrograde sur le cadran solaire, figure du jugement retardé.

2                 La reconnaissance d’Ézéchias

Après sa guérison, Ézéchias compose un chant pour exprimer sa reconnaissance à Dieu. Sa maladie survient dans la force de l’âge. Ézéchias peut rappeler Job avec la comparaison de la brièveté de la vie à la navette d’un tisserand Job :18 :37. La mort signifie pour lui la fin des bénédictions et du service joyeux de l’Éternel sur terre. Ézéchias se rend compte que cette maladie envoyé par Dieu devait le rendre humble. Ézéchias affirme que Dieu est sa force. Il est conscient de l’amour de Dieu, qui l’a puni pour son bien et non pour ses pêché

3               Dieu accomplit sa promesse.

Comme il est dit également dans 2Rois20, Dieu permet la guérison par une masse de figues sèches appliquée sur l’ulcère et utilisé comme un médicament pour activer la guérison. Il s’agit d’un exemple de guérison qui intervient à la suite d’une combinaison de la prière, d’un traitement médical et de l’action de Dieu. Ézéchias à la foi qu’il sera guéri.

Un mot : La punition salvatrice du Seigneur

Esaïe 37: 1-38 (PQ de 20/10/2018)


EZECHIAS, HOMME DE DIEU


Verset clé: 37: 1



La prière est un canal par lequel Dieu peut manifester sa puissance. Par la parole d’aujourd’hui, nous apprenons surtout l’importance de l’attitude de prieur pour cette manifestation.  


1. Ezéchias s’humilia devant Dieu (1-7)


La première réaction d’Ezéchias au rapport des délégués était son humiliation devant Dieu. Le prieur ne saura pas trop s’humilier pour obtenir l’exaucement. Puis, il se rendit à la maison de Dieu. Il choisit le meilleur endroit de prière. Ensuite, il envoya ses délégués pour demander l’avis du serviteur de Dieu. Le message porté par ses hommes révèle son état désespéré et une colère envers l’ennemi qui bafouait le nom de Dieu. Il eut du zèle pour la justice de Dieu, ce qui est 3e condition qui favorise la réponse. Dieu travaille par étape (Mc 8 :23,25). De peur d’être attaqué de derrière, l’Assyrie dut quitter. Mais pour la dernière chance, Sennachérib renouvela sa menace. Le contenu du message était qu’aucun dieu n’était pas invincible, d’où l’inutilité de résistance au nom de l’Eternel.  


2. Ezéchias déploya la lettre devant Dieu. (8-38)


Mais Sennachérib s’était trompé. L’Eternel n’est pas comme les autres dieux. Ezéchias confessa sa foi en l’Eternel, qui est le seul Dieu valable pour le monde. Il admit que tous les autres dieux ne sont pas dieu, mais ne sont que des ouvrages des mains. Puis, il pria. Alors il sut que Dieu viendrait punir l’Assyrie, celle-ci étant plein d’orgueil et d’arrogance en mettant toute confiance en la puissance militaire et leur pouvoir économique. Mais le jour viendra où tout sera bouleversé. Il humiliera l’Assyrie enorgueilli. Il ramènera les rescapés à la terre de leurs pères et leur culture sera béni pour avoir les fruits centuples. Son pure motif a été deux fois exprimés dans la prière : l’honneur bafoué par l’ennemi ignoble, soit restauré par leur défaite totale. Ils obtinrent la faveur de Dieu. Alors l’Ange de l’Eternel sortit et frappa un grand nombre de soldats qui succombèrent. Sennachérib fut assassiné par ses fils et remplacé par un de ses fils.

jeudi 18 octobre 2018

Esaïe 36 : 1-22 (PQ de 18/8/2018)

QUELLE EST CETTE CONFIANCE
Verset Clé 36 : 4
Le célèbre peintre Van Gogh dit que si une voix en vous dit : tu ne peut peindre, peins, alors la voix disparaît. Aujourd’hui, la voix ne fut pas retenti en soi, mais vint de l’ennemi. L’écoute de la mauvaise voix enfante la mauvaise voix intérieure, mais la sagesse du peuple la maitrisa.
1. Quelle est cette confiance (1-10)
Senacherib marcha contre Juda et fit le siège à Jérusalem. Le général ennemi Rabchaqué vint menacer Juda. Il joua le rôle de Satan, car il tenta l’ennemi en semant le doute. Il dit quelle était cette confiance. Il avait une stratégie de mettre en cause la confiance qu’avait Juda, afin de le décourager et baisser sa morale. A vrai dire, ce que dit Rabchaque avait une partie correcte, car Juda avait la fausse confiance. Il y avait trois confiances dont Rabchaqué parla. D’abord, c’était l’Egypte. Devant la menace de l’ennemi, Juda s’en alla demander son soutien. C'était son habitude. Mais l’Egypte qui était apparemment un pays fort n’était qu’une marionnette, un roseau cassé. Il était opportuniste, et malgré des promesses, au moment crucial ils ne les tenaient pas, et se retirèrent derrière. Deuxième est leur Dieu. Souvent la confiance en leur Dieu pour Israël était fausse, par exemple au temps de Samuel, dans le combat contre les Philistins, ils firent venir l’arche en pensant qu’elle leur donnerait la victoire. Mais c’était une superstition et ils furent défaite. Puis, en troisième lieu, ils dépendaient de leur minable force d’armée.     
2. Gardez silence (11-22)

La délégation protestait le fait que Rabchaqué parla en judéen, car cette menace abaissa la morale des soldats qui se tinrent sur la muraille de la cité sainte. Mais il s’en moqua et cria plus fort en cette langue. Ses propos étaient remplis de méchanceté et ruse. Quand la voix de Satan se fit entendre, le meilleur moyen de la contrecarrer, et de garder le silence, et ainsi la voix s’étouffe et disparaît. Quand Eve entendit la voix de Satan, elle écouta, ce qui la fit tomber inexorablement. Ezéchias était un roi sage, si bien qu’il ordonna au peuple de se taire aux propos vociférants de l’ennemi. Le peuple agit comme un seul corps en obéissant au roi.

mercredi 17 octobre 2018

Esaïe 35 : 1-10 (PQ de 18/10/2018)

SEULEMENT CEUX QUI …
Verset Clé 35 : 8
C’est la prophétie du temps messianique. Le temps de la tribulation et la déportation est fini, maintenant une nouvelle ère fleurit. Les chants retentissent. C’est l’image de Paradis. Mais il y a la condition pour jouir de telle félicité.       
1. Voici votre Dieu (1-4)
A cause du péché, Israël était dans les tribulations. Il était emporté en captivité en Babylone. Mais le temps viendra où Dieu vient le délivrer. Jusqu’à maintenant, à cause du péché, il semblait que Dieu tournait son dos vers le peuple. Il semblait qu’il ne voulut être leur Dieu, car leur vie était trop honteuse. Mais maintenant où tout leur péché fut racheté, Dieu voulut être leur Dieu. Leur honneur fut restauré et la bénédiction fut revenue. L’état morne de désert du passé fut passé, mais maintenant, il y a la partout la gaieté et la hilarité. La joie et l’allégresse se rencontrent pour exploser le sentiment de bonheur de chaque habitant du pays restauré. La gloire et la magnificence couvrent tout le pays. Il y a la jeunesse dynamique, mais jusqu’à maintenant, elle ne put se faire valoir à cause de leur esclavage du péché, mais désormais, ils prendront en mains leur sort et créeront la nouvelle histoire.  
2. Les affranchis marcheront (5-10)

Le nouveau chemin est frayé. C’est le chemin où l’œuvre de Jésus est prédite (5,6). Il s’appellera la voie sainte. Nul impie n’y passera. Seulement ceux qui acceptent Jésus peuvent y entrer. Alors même les plus insensés deviendront sages. Il y aura la transformation de la nature. Le désert se changera en oasis. Il y aura la guérison des infirmes par l’intervention de Dieu. Ils sont délivrés de leur handicap physique, mais ils ont besoin encore d’être délivré dans leur âme. C’est la repentance en Jésus qui fera revivre les hommes. Ils sont non seulement maintenant physiquement affranchis du peuple envahisseur, mais aussi libérés du joug du péché qui les accablait sans cesse. Pour eux, alors, il n’y aura aucune trace de tristesse, mais la joie et l’allégresse seulement domineront.